Anciens abattoirs de Nice : lieu de création

Faites tourner via...
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

En pleine mutation

Faire du neuf avec du vieux, donner une nouvelle fonction à un lieu de mémoire et rassembler des acteurs de la création dans un lieu dédié, telles sont les objectifs que s’est fixés la ville de Nice pour les anciens abattoirs et pour booster l’économie des quartiers Est.

sang-neuf-see-by-c4
Les rails omniprésents sur le site ont été conservés, traces d’un passé industriel, mémoire de la ville.

Un peu d’histoire pour bien comprendre. Les abattoirs ont été construits sur dix années, entre 1957 et 1967 sur plus de 2 hectares, autant dire « une ville dans la ville ». En 1988, une première chaine d’abattage est fermée et onze ans plus tard c’est tout le site qui s’arrête. Que faire de ce site gigantesque, véritable mémoire architecturale de la vie ouvrière et industrielle du quartier ?

sang-neuf-see-by-c5
Ateliers dans des chambres froides, rails au rez-de-chaussée et ateliers d’artistes réhabilités sur la terrasse à l’étage.

Le projet « Sang neuf », qui ne cache pas sa référence au lieu historique, est un projet urbain dédié à l’activité culturelle et artistique avec en vue la revalorisation d’un quartier. Tiens tiens, Sang neuf, 109… je pense au 104 à Paris. Dans le 19e arrondissement très populaire, ce bel espace dédié à la culture dans les anciens bâtiments de la société des pompes funèbres de Paris ouvrait en 2008 et avait eu du mal à trouver sa vitesse de croisière. Mais revenons à Nice ! Pour faire avancer le projet, d’importants travaux de mises aux normes ont été nécessaires et dès 2009 le collectif d’artistes « La station » s’y installe, puis le Festival Crossover y pose ses amplis… L’âme du lieu se dessine peu à peu.

sang-neuf-see-by-c3
Les lieux d’exposition ont envahis les immenses espaces. Tout est art, même cette tâche étrange sur la façade qui attire mon oeil !

Les 29 ateliers de l’étage viennent d’être rénovés. En attendant que les artistes s’approprient les lieux on peut déambuler dans ces espaces immenses, où les rails au plafond et les portes de chambres froides ont été conservés. Une nouvelle phase de travaux devrait permettre la création de 1900 m² de diverses salles de spectacles, de répétition, de studio de danse, d’espaces mutualisés, d’un centre de formation, d’une pépinière d’entreprise, une bibliothèque…  une ville dans la ville ! Le syndicat des Architectes de la Côte d’Azur a prévu d’y faire son siège.

sang-neuf-see-by-c2
Espaces immenses, structures métalliques… des lieux inspirants la création.

Jusqu’au 2 avril le collectif La Station propose l’expo « Flux tendu » autour des créations de Laurent Faulon et Delphine Reist particulièrement inspirés par les vestiges des lieux. On pénètre dans l’espace expo en longeant une série de 8 canapés en cuir suspendus à des crocs de boucher sur la passerelle extérieure. Le ton est donné. Les rails présents sur la plupart des plafonds, auparavant destinés à déplacer les carcasses de viande, servent à soutenir les œuvres, crées pour la plupart pour cette expo. Suspendues au-dessus du sol par de grosses chaines en métal, ces créations nous entrainent dans un univers hybride mi- industriel, mi- agroalimentaire, passéiste et futuriste à la fois. Sourires, dégouts et gourmandise… le tout est très intrigant. C’est parfait pour s’imprégner des lieux et on n’a qu’une hâte en le quittant, voir la suite du projet Sang neuf se développer.

sang-neuf-see-by-c1

C’est où ?
Les Abattoirs – Chantier Sang Neuf
50 bd Jean-Baptiste Vérany à Nice

C’est quand ?
L’expo Flux tendu est ouverte du mercredi au samedi de 13h à 19h sauf jours fériés. Plus d’infos sur www.lastation.org

sang-neuf-see-by-c7

sang-neuf-see-by-c8

 

Faites tourner via...
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

3 réflexions au sujet de « Anciens abattoirs de Nice : lieu de création »

  1. Je ne connaissais pas à les photos me donnent bien envie d’aller y faire un tour. J’adore la voiture qui sort du mur ! De nombreuses villes ont ouvert des anciens abattoirs aux artistes et ça donne des lieux surprenants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *