Clap de fin aux 24h des réalisations…

Faites tourner via...
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

10917303_1570260959883754_1364554970984150606_n24 heures dans la vie
d’un groupe

Le challenge était de taille (voir ici) mais tous étaient là samedi matin ultra motivés pour réaliser un film aux 24h des réalisations 2016.

11h45 le top départ est donné.
24h-cine-seebycChaque équipe se réfugie dans son espace pour se mettre au travail. Six équipes, six noms de production et six méthodes de travail (ou non méthode!). mafia-seebyc3Jeter des idées sur un tableau en fonction du thème imposé (ici), organiser un semblant d’histoire, définir des personnages, situer les lieux de tournages, penser à la fin, ne pas oublier les contraintes d’objets et de phrases… bref, rien qu’en écriture, y’a du pain sur la planche !

17h. Déjà 5h que les équipes ont la tête dans le guidon.
sandwich-seebycSandwich Prod, composée d’élèves de 1ère et terminale  option cinéma, est arrivée avec plein d’idées et les contraintes les ont confirmés dans leurs choix. Du coup, 5h après le coup d’envoi, ils ont un scenario tapé et imprimé et sont déjà en train de tourner quelques scènes en huit clos. Costumes, accessoires, make up… ils ont tout prévu. mafia-seebycValentine est derrière la caméra et donne les tops départ. Ils ont un clap, numérote les prises et la cadreuse note les bonnes dans son petit calepin. J’assiste à une scène de remise de flingues autour d’une table. Ambiance mafieuse assurée. Mais il faudra la refaire plusieurs fois à cause des fous rires. La technique ne semble pas être un problème et les idées sont là. Rien ne les arrête. Ils improvisent un système de travelling avec leur pied de caméra posé sur 2 skateboard. Cette ingénieuse idée fonctionne et j’ai hâte de voir ce plan sur grand écran.

La technique, chez Cinéquipe, ne les a pas aidés. Je les découvre en plein tournage. Ils profitent de la présence de leur acteur pour mettre en boite quelques scènes. sandwich-seebyc3 C’est l’équipe la plus jeune… ils sont accompagnés d’un animateur, Raphael. Ils tournent, retournent plusieurs fois la même sandwich-seebyc4scène où Kader excelle en type cool et franchement glandeur. Le stress se pointe avec le clignotant rouge de la batterie. Et ils n’en n’ont qu’une. C’est ballot ! Pause tournage forcée. Kader, qui pense à ses RDV du soir en profite pour prendre de l’avance sur son sommeil. Le reste de l’équipe se tourne vers l’ordinateur pour attaquer le montage des scènes tournées, histoire de ne pas perdre trop de temps. La poisse semble les avoir gagnés, le logiciel de montage fait planter l’ordi. Quand ça ne veut pas…

A l’étage du dessus, l’équipe The Makers est réduite à deux personnes. Pendant que le reste de la team est sortie pour tourner les premières scènes, ils écrivent à quatre mains la suite du scénario. the-makers-seebycCette répartition des tâches semble efficace. Je m’incruste dans la pièce. Les deux auteurs continuent de créer des situations, faisant de grands gestes, imaginant le cadre, précisant l’arrivée d’un son qui tomberait pile poil. Pris dans l’émulation créatrice, ils ne me calculent pas. C’est évident, ils se régalent ! Il est question de pizza, de sonnerie… Je ne comprends pas grand-chose à leurs échanges mais je les sens très investis. Je m’éclipse en moon walk !

big-prod-seebycEncore plus au-dessus, la team Big Prod est très agitée. Ils ont écrit un scénario, vont partir en tournage, attendent la fin du jour pour aller sur la plage… un autre, appuyé à une fenêtre tente de vieillir un bout de papier qui a son importance dans l’histoire. Côté matos, ils sont venus chargés avec leur caméra, le pied, le téléphone sur une perche… Ils sont animés d’une vitalité palpable, une sorte d’excitation d’avancer dans leur projet. J’ai l’impression d’arriver dans un entre-deux, un break pour lâcher prise. Ils me donnent l’impression d’être plutôt confiants.

FB_IMG_1454621029844 FB_IMG_1454621037656Dans une autre pièce, l’équipe Brûlées Vives est super studieuse. Les  trois élèves de seconde en option cinéma au lycée Bristol (et la papa d’un d’entre elles) prennent la chose au sérieux. Elles ont choisi un sujet grave et ont écrit leur scénario en seulement 3h30. Pour le tournage, l’équipe a choisi d’aller sur Grasse et de tourner une partie de leurs plans en voiture.
Pour recréer l’ambiance d’un accident, elles ont même sollicité des passants pour diffuser la fumée de leur cigarette dans le cadre.  Comme toutes les équipes nos apprentis réalisatrices ont vécu la panne de batterie mais ne se sont pas découragées. A 21h, elles avaient mis en boite leur dernier plan.  Excellent timing !

L’équipe Alban n’est plus dans les locaux. Elle est partie tourner dans le centre de Cannes. Je les retrouve sur le toit d’un immeuble voisin du marché Forville. La nuit est en train de tomber rapidement et le Suquet, bien éclairé, fait de la figuration dans le fond du décor. yann2seebycIls tournent une scène de prise de vue d’un photographe avec son modèle. Le vent s’invite tout seul et fait virevolter la chevelure et les étoles d’Anne, la comédienne, qui enchaîne yann3-seebycles pauses glamour. Eclairages, retour vidéo, prise de son… ça ne rigole pas ! Plus âgés que les autres participants, les membres de cette équipe sont comédiens, photographe-vidéaste et n’en sont pas à leur première expérience. Enfin si, c’est la première fois qu’ils font un film en 24H !

La nuit va être studieuse car les heures filent à toute allure et le règlement est strict, à 11h45 demain il faudra que le film soit FINI, générique compris. Je les abandonne lâchement…Pff !

collage24h-seebyc

Dimanche…10h30. Retour à Picaud pour retrouver tout ce petit monde aux traits tirés devant le petit-déj. L’équipe Alban, presque complète, a l’air fatiguée et sereine. collagevie-seebycSatisfaite, elle a rendu son film bien avant la fin du chrono. J’en profite pour en savoir plus sur leur nuit et leurs premières impressions. « On s’est souvent recentré, pour gérer le temps, on se répétait « attention il ne reste plus que…». Ils sont satisfaits d’avoir œuvré de manière collective. Ils ont apprécié le fait d’avoir à travailler et créer dans l’urgence et sans moyens :
« on s’est senti créatif. On a appris à se connaître en travaillant ensemble».
Bravo, vous avez gagné le droit d’aller vous coucher !

FB_IMG_1454620969735Les Brûlées Vives aussi ont rendu leur copie et ont déjà quitté les lieux. Elles me confieront plus tard qu’elles ont attaqué le montage vers 22h30 et ont bouclé leur film à 5h du matin. La nuit a été longue et inconfortable mais c’est un soulagement d’avoir fini dans les temps. L’équipe attendent avec impatience la projection devant le jury

Il reste une heure de concours et c’est encore l’euphorie dans les étages. La Cinéquipe (les plus jeunes, en classe de 3è et 2nde) a souffert du manque d’expériences. Arrivés sans trop de pression, ils trouvent qu’ils ont galéré dès le départ à cause du thème qu’ils ont jugé difficile. sandwich-seebyc5« On est partis sur une idée, puis une autre, puis on est revenu à la première… puis on se rendait compte que l’idée n’était pas forcément simple à tourner… alors on a eu une idée plus simple et on s’est lancé dedans. On voulait juste finir dans les temps. » Ils m’avouent qu’à 5h du mat, ils se sont sentis démotivés. Toutefois, ils restent positifs. « On a appris que réaliser, ça ne s’improvise pas ». Ils aimeraient apprendre à écrire un scenario « pour ne pas partir dans tous les sens ». A cet instant, ils sont trop fatigués et l’expérience a été trop compliquée à gérer pour envisager de revivre une autre aventure de film. Enfin si, mais plus tard ! « Moi, les 24h ça m’a crevée ! Mais je le referais, avec plus de temps et surtout mieux préparée. »

Sandwich production fait le même constat. Même s’ils ont l’air satisfait de leur film, c’est la gestion du temps qui a été le plus difficile à maîtriser. Ils ont utilisé les compétences 24h-cine-seebyc6de chacun, ainsi les filles qui ont des facilités à écrire ont tissé l’histoire et Victor intervenait sur le découpage technique. Faut dire que son truc à lui, c’est le montage mais toujours en concertation avec le reste de l’équipe. Leur meilleur moment restera le tournage. Avec tous les fous rires qu’ils ont eus et les scènes ratées, ils ont de la matière pour monter un bon bêtisier. « On reste tous professionnels », c’est ce qu’ils se sont répétés quand les tensions naissaient pour éviter de « se prendre la tête ». Ils recommenceront l’expérience c’est certain, entre eux, et surtout sans limite de temps !

C’est la cata chez La Big prod. Pour bien faire et terminer leur film, il leur faudrait une bonne demi-heure de montage supplémentaire. Le règlement est formel. Résultat c’est la sentence : ils sont disqualifiés. L’équipe est abattue…seebyc Même s’ils ne concourent plus pour la finale parisienne, ils pourront terminer leur film et le présenter hors compet’ lors de la projection. Un peu plus détendus, ils tirent leurs premières leçons « On a changé trop de fois d’idée et du coup le dernier scenario était prêt à 5h du mat… on va le finir, c’est sûr, mais c’est dommage ! » Très déçus, ils reconnaissent qu’ils se sont bien amusés, qu’ils sont super fatigués et que « franchement des films on va en refaire ! » On espère bien, on ne choisit pas de s’appeler La Big Prod pour capituler aussi vite !

The Makers a terminé son film dans les temps, ouf ! Par contre, l’export des fichiers finaux ne se déroule pas comme prévu. Même s’ils ne risquent pas la disqualification, ils sont dans un état de stress qui, mêlé à la fatigue accumulée, les rend « bondissants » !makers-seebyc3 La plupart sont en option cinéma et sont formels leur « idée de base était extra et le projet bien construit ». C’est le passage à la réalisation qui les a, comment dire, « fait glisser » ! « On s’est un peu éparpillé et au montage on s’est carrément écroulé. Au final je crois que le film n’est pas très compréhensible ». Eux aussi sont plutôt ravis de l’expérience et tenterons de faire d’autres films.

Tous ont en commun la satisfaction de constater que 24h en amont, les films n’existaient pas, qu’ils n’avaient aucune idée de ce qu’ils allaient faire et 24h plus tard, un tout petit jour plus loin, un film était né. Etonnant, non ?

12661809_1697289123851843_6806712114331297101_nComme après une belle aventure collective, toutes les équipes de réalisation mais également l’équipe qui a organisé et encadré les participants seront ravies de se retrouver mardi soir pour assister à la projection des 6 films et connaître le vainqueur.

Le palmarès c’est par là !

 

 

Faites tourner via...
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

2 réflexions au sujet de « Clap de fin aux 24h des réalisations… »

  1. une belle énergie créative.
    Peut être qu’on assiste là à l’éclosion des talents de demain qui fouleront un jour le tapis rouge du palais des festivals.
    C’est tout ce qu’on leur souhaite !!
    Merci pour ce reportage enthousiaste.

    1. Merci Sophie pour vos compliments. C’est une belle initiative qui permet de »faire » des choses, de tenter, de se lancer en groupe. C’est presque plus important que le résultat final !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *